L'AMOUR MEDECIN

Comédie-ballet en 3 actes en prose, représentée pour la première fois à Versailles le 13 septembre 1665 et donnée au public à Paris sur le théâtre du Palais-Royal le 22 septembre 1665.


L'Amour Médecin fut commandée un an après la fête des "Plaisirs de l'Ile Enchantée". L'oeuvre plut et la Cour assista à trois représentations en quelques jours.
Dimanche, où le ciel tout exprès
Se para de tous ses attraits,
Notre cour courut à Versailles,
Pour y rire et faire gogailles.
L'admirable et plaisant Molière
Illec, avec sa compagnie,
Fit admirer son gai génie.
Son jeu fut mêlé d'un ballet
Qui fut trouvé drôle et follet.
Et des voix pleines de merveilles
Ravirent toutes les oreilles.

Robinet, lettre en vers à Madame, 20 septembre 1665

Molière affirme n'avoir disposé que de cinq jours pour composer l'Amour Médecin. Grimarest raconte que l'auteur disposait de sujets déjà prêts pour gagner en rapidité.
"Il en avoit un magasin d'ébauchés par la quantité de petites farces qu'il avoit hasardées dans les provinces... Il s'est trouvé que des divertissements qu'on lui demandoit étoient faits plus d'un an auparavant."
Les railleries contre les médecins faisaient partie des classiques de la Comedia dell'Arte dans laquelle le Docteur était un personnage récurrent. Molière avait déjà abordé le sujet dans le "Médecin volant" et surtout dans "Dom Juan". Mais l'originalité de l'"Amour Médecin" réside dans le fait que les professionnels visés étaient les médecins du Roi.
"La comédie de l'Amour Médecin est la première où Molière ait joué les médecins et la médecine ; et pour rendre la plaisanterie plus agréable au Roi, devant qui elle fut représentée à Versailles, il y joua les premiers médecins de la cour avec des masques faits tout exprès. Ces médecins étoient MM. des Fougerais, Esprit, Guenaut et d'Aquin ; et comme Molière vouloit déguiser leurs noms, il pria M. Despréaux de leur en faire de convenables. Il en fit en effet qui étoient tirés du grec, et qui marquoient le cractères de chacun de ces médecins. Il donna à M. Fougerais le nom de Desfonandrès, qui signifie tueur d'hommes ; à M. Esprit, qui bredouilloit, celui de Bahis, qui signifie jappent, aboyant. Macroton fut le nom qu'il donna à M. Guenaut, parce qu'il parloit fort lentement ; et enfin celui de Tomès, qui signifie un saigneur, à M. d'Aquin, qui aimoit beaucoup la saignée."
Note manuscrite de M. Brossette, Récréations littéraires.

Dans son "Avertissement au lecteur", Molière affirme que cette oeuvre et les comédies-ballets en général ne devraient être jouées qu'avec la musique et la danse :
"Ce n'est icy qu'un simple Crayon, un petit Impromptu dont le Roy a voulu se faire un Divertissement. Il est le plus précipité de tous ceux que Sa Majesté m'ait commandez ; et lors je diray qu'il a esté, proposé, fait, appris, et représenté en cinq jours, je ne diray que ce qui est vray. Il n'est pas nécessaire de vous avertir qu'il y a beaucoup de choses qui dépendent de l'action : On sçait bien que les Comédies ne sont faites que pour estre jouées ; et je ne conseille de lire celle-cy qu'aux Personnes qui ont des yeux pour découvrir dans la lecture tout le Jeu du Theatre. Ce que je vous diray, c'est qu'il seroit à souhaiter que ces sortes d'ouvrages pûssent toûjours se montrer à vous avec les ornemens qui les accompagnent chez le Roy : Vous les verriez dans un estat beaucoup plus supportable, et les Airs, et les Symphonies de l'incomparable Monsieur Lully, meslez à la beauté des Voix, et à l'adresse des Danceurs, leur donne sans doute des graces, dont ils ont toutes les peines du monde à se passer."


Molière en Sganarelle - gravure de Simonin.

Prologue

- Ouverture en forme de Chaconne
- Récit de la Musique, le Ballet et la Comédie "Quittons nos vaines querelles"

Sganarelle s'inquiète de la mélancolie dans laquelle est tombée sa fille depuis la mort de son épouse. Sourd au désir de se marier émis par sa fille, il charge plutôt son valet Champagne d'aller chercher des médecins.

1er entracte

- Air de danse pour la 1ère entrée : Champagne , en dansant, frappe aux portes de quatre médecins, qui dansent et entrent avec cérémonie chez le père de la malade.
- Air pour les quatre médecins.

Les médecins dissertent sur le bien-fondé et les risques d'une saignée. Devant les avis divergents, Sganarelle préfère commander de l'orviétan à l'opérateur.

2ème entracte

- Air pour l'Opérateur
- Entrée pour les Trivelins et Scaramouches, valets de l'opérateur

Lisette annonce à Sganarelle que Lucinde est guérie grâce aux étranges remèdes d'un médecin. Ce dernier n'est autre que Clitandre, l'amant de Lucinde. Clitandre confie à Sganarelle que la guérison de Lucinde était due à son mensonge : il lui a fait croire qu'il était venu l'épouser. Pour prolonger l'amélioration de son état, Clitandre demande à Sganarelle de simuler un faux mariage devant notaire. Le père de la malade se prête au jeu.

3ème entracte

- La Comédie, le Ballet et la Musique chantent ensemble "Sans nous, tous les hommes / Deviendraient malsains"
- Chaconne de l'ouverture sur laquelle les Jeux, les Ris et les Plaisirs dansent.

Lorsque Sganarelle apprend que les jeunes mariés sont partis officialiser leur union devant l'autel, les danseurs le retiennent et le forcent à danser avec eux.


Retour
Sommaire